©2000-2014
E-mail: "info@instrumantiq.com"...
rubrique "INDEX"...
rubrique "GALERIES"...
"ACCUEIL"...
rubrique "INFOS"...
rubrique "DIVERS"...
retour vers le sommaire de "CONTACTS"...
FORUM
page 3
contribuer, soumettre une contribution / To contribute, submit a contribution /Cliquez pour contribuer...

Pages 1 / 2/ 3

Recherche de contributions par thème/Looking for contributions by topics :
Dernier commentaire / Last commentary # 211 ...Ophicleide neuf ... 9, 10, 11 clés / Ut, Sib ? / New made ophicleide... 9, 10, 11 keys / C, Bflat ?
Dernière contribution /
last contribution # 238 ... "... infos sur euphonium 4 pistons COUESNON ?..."
Contr.
Contributions :
-114- 26/07/06-Contribution de (Pseudo) PAIMPO
 

"Je suis en possession d'un violon acheté d'occasion vers 1948 par mon professeur de l'époque. A l'intérieur une étiquette portant la mention suivante : F. BRETON breveté de S.M.G. Me La Duchesse d'Angoulême Mirecourt 1831 signé : Breton le tout assorti d'un blason, très certainement celui de la Duchese d'Angoulême. J'aimerais savoir si ce violon a été réellement destiné à la Duchesse d'Angoulême en personne qui était la fille de Louis XVI et nièce de Louis XVIII, ou alors si François BRETON se servait de sa notoriété de circonstance pour ses affaires. Par la généalogie j'ai retrouvé l'existence de François BRETON qui n'était pas originaire de Mirecourt mais qui s'y est marié et y est sans doute décédé. Pouvez-vous me donner l'adresse d'un Expert en Lutherie sur la région de Mâcon ou Lyon. Ce violon est en mauvais état et je souhaite le faire réparer. Je l'ai présenté à un luthier local qui m'a fait une proposition à priori pas très nette, me proposant de m'en fournir un autre en échange du montant des réparations à effectuer sur celui-ci. J'ai décliné son offre sentant un coup fourré. Merci pour des renseignements éventuels."


Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Bonjour,
Que dit le René Vannes (Dictionnaire Universel des luthiers) :
Breton François, né à Mirecourt dans la première moitié du XVIIIème siècle. Il aurait exercé de 1778 à 1830...Ses travaux sont très connus et souvent imités ; facture soignée, grand modèle, vernis jaune clair bien transparent. Cet artisan fut luthier breveté de la Duchesse D'Angoulème. Instruments marqués au fer sur le fond, au talon du manche. Fit quelques archets".
Pour compléter je dirais qu'un grand modèle se situe plus vers 36 cm de longueur de fond que de 35,5 (dit petit modèle). Aussi très imité!...retenez cela, mais parfois aussi imité par de grands luthiers et qui peut être de très bonne facture. La proposition de votre luthier était soit bonne soit mauvaise!...Venez faire un tour à Paris rue de Rome près de la gare Saint Lazare et commencez votre tour des luthiers avec votre instrument sous le bras en voyant Monsieur Boyer, au premier coup d'oeil il saura soit vous faire sauter de joie ou vous faire redescendre de votre nuage :)
Gilles
L'administrateur du site

Bonjour,
Pour répondre le plus clairement à votre question, rien de tel que la photo de la marque au fer au dos du violon, sur laquelle on voit bien BRETON. Je vais essayer d'ouvrir mon document reçu hier.
Bonne réception.
Paimpo

Bonjour,
Les choses avancent et j'espère pour vous dans le bon sens. La prudence est de mise et les déceptions sont fréquentes, pariez sur une copie à 90%, de cette façon vous tomberiez de moins haut si c'est le cas!
La marque au talon est intéressante.
Je n'ai pas très bien pu observer l'étiquette, l'idéal aurait été qu'elle fut comme l'exemple ajouté en pièce jointe mais Breton en aura peut-être fait d'un autre type ce dont je doute.
Une remarque, il existe un autre Breton (Joseph-François) apparemment sans lien de parenté et aussi luthier à Mirecourt plus vieux d'une cinquantaine d'années.
Cordialement
Gilles
L'administrateur du site

Bonjour,
Concernant François BRETON j'ai des renseignements un peu différents des vôtres, par le biais de généalogistes. Ce François BRETON s'appelait en fait Joseph François BRETON, est né à Séraucourt dans le 55 en 1763. Il s'est marié à Mirecourt le 7 Février 1785 à l'âge de 22 ans avec Anne Catherine COUTURIEUX âgée de 18 ans. Je tiens ces informations de deux généalogistes différents. Il n'aurait conservé qu'un seul prénom comme c'était généralement l'usage à cette époque, très souvent même les gens portaient un prénom différent de celui de baptême. Le prénom de baptême était toujours celui du parrain....parfois 3 frères portaient le même prénom, ensuite il fallait les différencier. Sa date de décès n'est pas précisée mais se situe avant 1837. Je me demande si ses relations avec la Duchesse d'Angoulême n'étaient pas gênantes sur la fin de sa vie, la duchesse elle même étant décédée en exil en 1851.
Joseph François BRETON qui aurait vécu 50 ans avant celui-ci ne peut-être le même.
Pour ce qui est de l'authenticité de mon violon, rassurez-vous, je ne suis pas sur un nuage et je ne rêve pas. Je suis seulement curieux d'en connaitre l'origine aussi précise que possible....même si c'est une copie.
J'envisage de me rendre à Mirecourt pour en savoir plus sur l'époque de François BRETON et essayer de trouver sa date de décès.
Bonne réception et merci de vos renseignements.
Cordialement.
paimpo

Haut de la page/To the top...

-113- 24/06/06-Contribution de (Pseudo) franky
  "Bonjour je viens d'acheter une clarinette COUESNON dans sa malette d'origine !Elle a l'air en bon état complète mais un peu vieille .Sur le pavillon il est écrit COUESNON SA Monopole conservatoires Son n°de série est 15509 et sur l'embouchure A.PERIER Conservatoire PARIS. Questions : Peut on dater cet instrument? Est il de bonne qualité ?Combien faut il investir pour un retamponnage ? Est ce que cela vaut la peine de faire un tel investissement ? Merci pour vos infos !"
franky

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-112- 08/06/06-Contribution de (Pseudo) audax
 

Quelles sont les spécificités d'un hautbois cabart P+3? .

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-111- 18/04/05-Contribution de (Pseudo) rem
 

"Bonjour, j'ai arrêté le saxophone depuis trois ans pour cause professionnelle, et là je vais recommencer au sein d'une harmonie. Malheureusement le vernis du sax est en très mauvais état, griffé fortement et beaucoup de traces de vert-de-gris. Pensez-vous qu'il est possible de revernir? D'autant que l'instrument est une merveille de son dont je ne voudrais changer. Et à combien en gros cela coûterait-il ainsi que les prix des étui selmer puisqu'il s'agit d'un alto super action 80 sérieII. Merci de me répondre à l'adresse suivante: D'avance merci ".

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Tout dépend de ton niveau en bricolage et du résultat final recherché. Pour un résultat parfait, je ne connais qu'un moyen : le confier à un très bon facteur d'instruments qui le revernira. Mais ça coûte cher et on risque de changer un peu ses caractéristiques de son. En revanche, s'il ne s'agit que de lui redonner un air civilisé pour jouer dans une Harmonie, on peut faire ça soi-même. Il faut démonter entièrement le sax, à l'exception des ressorts à aiguilles qui sont trop dûrs à retirer et à remettre correctement. Ensuite, on nettoie l'engin avec du produit à vaisselle dans de l'eau que l'on passe au chiffon. On peut dans les endroits difficiles, utiliser une brosse à dents. Pour les endroits réellement oxydés (vert de gris)il faut utiliser un produit à cuivre du type "miror". Une fois l'engin parfaitement propre et sec, il faut le frotter avec un chiffon pour meubles (légèrement imprégné de produit à faire briller) on en trouve dans le commerce tout prêts à servir. Enfin, on remonte le tout en nettoyant les axes et en les huilant très légèrement. ON en profite au passage pour changer ce qui en a besoin (tampons, feutres, lièges).Personnellement j'utilise de la colle cyanocrilate avec d'infinies précautions (ça colle très bien les doigts). Ca peut paraitre impressionnant à faire, mais avec de la méthode et de la patience, on yu arrive très bien. Sur ce, bon courage et bonne musique.
28/10/05 Gébé

Haut de la page/To the top...

-110-

11/03/05-Contribution de (Pseudo) Laure
Je viens de me faire rouler dans la farine en achetant sur Ebay un soi- disant sax Besson(S). Cet objet n'est qu'une fausse antiquité de qualité déplorable, tout jute bonne à finir en pied de lampe ou accroché au mur des toilettes.
Je suis encore un "bleu" en instruments, et c'est bien fait pour moi. J'aurais du être beaucoup + méfiant.
Mes erreurs principales:
- Non vérification de la marque, le "S" en plus aurait du m'interpeller
- Pas de N° de série indiqué ou plutôt une imitation pas du tout réaliste.
- Les photos un peu flou pour certaines, et surtout les observer plus précisement, voire en demander d'autres.
-Surveiller les enchères au plus près, la même camelotte, avec la même annonce est apparue une fois mon règlement effectué....encore visible pour 2 jours...jusqu'au prochain...
-Et pour couronner le tout, après l'embrouille, le vendeur via mel qui me dit en avoir encore une dizaine à vendre.....
J'ai honte, mais c'est comme ça que l'on apprend...
Ne souriez pas, ça existe...
Salutations

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Votre aventure fait penser à celle vécue par tout collectionneur 'free-lance" si je puis dire, qui collectionne dans son coin. C'est en quelque sorte un passage obligé, une école où l'on peut apprendre plus ou moins vite et qui peut coûter plus ou moins cher.
On a le droit de sauter des classe dans cette école!
Vous parliez donc du fameux troisième Beson(s), d'origine pakistanaise?....
Voyez en cliquant sur la ligne d'après ce que pense Pajot de ses débuts de collectionneur, qui ne fait pas mention d'Ebay : contribution 068
Cordialement
P.S : un grand merci de la part des membres et de moi-même pour nous avoir fourni des photos d'estampilles d'instruments (Couesnon, Dolnet, Buffet, etc..). Elles figurent dès à présent dans notre rubrique "Poinçons-Marques et Signatures".
L'administrateur

Haut de la page/To the top...

-109-

1/03/05-Contribution de (Pseudo) aenna
Bonjour, J'ai trouvé au fond d'un lot de livres achetés aux enchères une flûte traversière dont j'aimerais connaitre la date. On y lit : exposition universelle de paris (dans une bannière) 1889 (je crois, c'est très petit) Hors concours, membre du jury C et G de part et d'autre d'une ancre de marine dans un cartouche ovale 94 rue d'Angoulème Couesnon et cie Paris. Quelqu'un a-t-il une idée ? Même question pour le sax alto Pierret que me vend un collègue de ma fanfare ; j'aimerais savoir de quand il date. On lit sur le pavillon: Pierret 207 Bd Voltaire Paris super "artiste" 48 Pierret (avec un petit sax stylisé) essayé par H. Painboeuf (en fait Poimboeuf, note de instrumantiq.com) soliste de la garde républicaine. Merci d'avance pour toute information.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Vous trouverez des éléments de réponse sous la rubrique "fabricants" à Couesnon et Pierret. En dehors des numéros de série et autres indications d'adresses par ex. les flûtes modernes (métal en général et système de clés Boehm) ne sont pas faciles à dater précisément, surtout s'il s'agit d'une grosse marque comme Couesnon. Elles ont été et sont topujours fabriquées en série relativement importante, depuis le début du XXème s. Contrairement aux saxophones par exemple, le système de clés et "l'architecture" générale des flûtes ne se sont pas modifiés depuis cette époque. Une flûte fabriquée aujourd'hui peut ressembler comme une soeur à son modèle d'il y a 100 ans. Paradoxalement une flûte anonyme de 1840 est plus facile à dater et parfois à attribuer, qu'un flûte moderne si elle ne porte pas d'indications autre qu'une marque répandue. Seule une adresse, un n° de série peuvent aider. Parfois le coffret qui la contient donne plus d'indications sur une époque que l'instrument lui-même. Ceci dit je ne suis pas spécialiste et cet avis vaut ce qu'il vaut. Vous avez bien de la chance d'avoir fait cette découverte sous de vieux bouquins !
marcq

Haut de la page/To the top...

-108-

24/02/05-Contribution de (Pseudo) marcq
"Je possède une flûte en métal (argent?) signée "GAUBERT à LILLE" et dessous "Laignel Successeur". Je ne trouve pas de renseignements sur ce facteur, mon LANGWILL n'en parle pas, mais c'est une édition ancienne. Quelqu'un peut-il m'aider ? Merci. marcq"

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses: Bonjour,
Il y aurait eu deux Gaubert à Lille, J.P (?) 1865/1874 et Eugène 1872/1893; Les deux ont utilisés la maison Thibouville comme fabricant/fournisseur ; Laignel était aussi Lillois en 1874 et 1927 (rue Esquermoise, 34).
L'administrateur (Sources Larigot)

Haut de la page/To the top...

-107-

31/01/05-Contribution de (Pseudo) fraguy
"bonjour, je possède une clarinette Cabart(depuis peu) et je ne trouve pas trace de cette entreprise sur le net ; apparemment elle aurait été reprise par F.Lorre en 1974 (hautbois). Quelqu'un aurait il des informations sur les clarinettes Cabart ou sur la manufacture Cabart? Merci"
fraguy

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Bonjour,
Comme dirait le New Langwill Index "L'emploi de ce nom par différentes personnes à différents moments dans différents endroits, laisse la place à la confusion et l'erreur!".
Cabart établit en 1842 à Paris. Ce nom fut encore utilisé en 1946 par un fabricant revendeur français. Entre temps le nom fur associé à Thibouville, Béranger et aussi employé seul vers 1893 pour désigner les instruments de qualité de "Thibouville-Cabart"
L'administrateur

La marque cabart était utilisée par la maison Thibouville-Cabart sous l'administration de Pierre Thiberville gendre successeur, comme marque de qualité supérieure et distribuée à Paris par Louis bas de l'Opéra lui aussi gendre successeur et associé avec P Thiberville. La manufacture était située rue félix Hulin à Ezy sur Eure (27).
Membre anon

Haut de la page/To the top...

-106-

31/01/05-Contribution de (Pseudo) cheyen
bonjour
Mon pere vend un violon jean St ievig maitre Luthier 8 rue estivant MIRECOURT il est de 1946 et porte le numero 747. pouvez vous s'il vous plait me donner des renseignements .
merci cordialement

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Malheureusement le nom que vous nous donnez ne nous aide pas. Revoyez l'orthographe il manque sans doute quelque chose.
L'administrateur

Haut de la page/To the top...

-105-

26/01/05-Contribution de (Pseudo) pat
Bonjour à tous, je suis à la recherche de renseignements(année de construction,valeur...) sur un cornet couesnon médaille d'or à l'exposition universelle de 1889 dans son étui d'origine.
pat

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Bonjour,
Couesnon, un des plus grands fabricants d'instruments au monde, en terme de quantité en premier lieu. Les instruments fabriqués vers 1910 comportaient encore la date de l'expo de 1889. Ceci dit la meilleur façon de le dater serait de regarder au milieu de ce que l'on appelle la grenade : un petit ovale surmonté d'une touffe. Deux chiffres normalement apparaîssent correspondant à l'année de fabrication. S'il n'y a rien c'est qu'il a été fabriqué en 1900. Cliquez " ICI " pour voir un exemple de grenade.
26-01-05 Lamig

Bonjour,
Votre nouvelle description aide d'avantage : l'estampille G. A. (Gautrot-Ainé le beau-père de Couesnon) et l'adresse 94, rue d'Angoulème à Paris. En regardant de plus près vous devriez trouver cette fameuse grenade. Il est vrai que tous n'en comportaient pas.
De 1884 à 1888 : "Couesnon, Gautrot & Cie" , au 94, rue d'Angoulème.
De 1888 à 1937 : "Couesnon & Cie", au 94, rue d'Angoulème et ensuite "Couesnon SA" rue Lafayette".
On peut donc penser raisonnablement à une période de transition se situant fin XIXème ou tout à fait début XXème.
Je pense qu'avec une petite restauration il pourrait reprendre du service ou alors le mettre dans une vitrine après un petit polish.
(Sources New Langwill Index)
L'administrateur

Haut de la page/To the top...

-104-

12/01/05-Contribution de (Pseudo) lacimer
Bonjour,
J'ai eu l'occasion d'avoir récemment entre les mains deux clarinettes basses. L'une portait l'estampille OLDS (USA) et l'autre Martin frères (France) ; étonnantes par leur ressemblance, à me demander si la Olds ne serait pas un "stencil".
Quelqu'un aurait la réponse?
Merci
Lacimer

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses: Bonjour,
Effectivement, votre clar basse Olds a été probablement fabriquée par Martin-Frères sans estampille ou bien estampillée Olds en France et exportée aux USA pour Olds. Chose assez courante qui vaut aussi pour d'autres facteurs comme :
Conn qui se fournissait chez Kolhert à Graslitz ; Carl Fisher chez Buffet ; Penzel Müller chez Thibouville, et bien d'autres.
Amitiés.
Pierre

Haut de la page/To the top...

-103-

04/12/04-Contribution de (Pseudo) foxaso
Je recherche des renseignements sur le retamponnage des saxophones,méthodes et techniques employées. y a t'il un site traitant ce sujet. merci d'avance!.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-102-

02/12/04-Contribution de (Pseudo) zaouch
MASSPACHER: cet importateur, fabriquant italien d'intruments éléctriques (Welson)était à Paris jusqu'en 1984 (selon mes souvenirs) un grossiste en tous types d'instruments (entrepôt derrière la gare du nord, magasin et école de musique dans le passage du grand cerf donnant sur la rue St Denis). Il importait des saxes fabriqués par Grassi et surtout Weltklang et estampillés à sa marque. Les guitares à son nom ont été au moins un temps fabriquées en France par un artisan parisien (chez qui j'en avais acheté directement une en 1964) mais ils vendaient également des marques presqtigieuses (Estruch par exemple)

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-101-

24/10/04-Contribution de (pseudo) julie
"MONSIEUR
pourriez-vous me donner des renseigement sur cette objet (instrument à cordes très ancien) , de quelle provenance et la valeur.
je vous remercie a l'avance
mes salutations

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Bonjour,
Votre instrument est une vièle Sarangi et se joue donc avec un archet. Celui-ci frotte les cordes mélodiques principales (accordées en Do, Sol, Do, Ré) tandis que les autres résonnent par sympathie. Il se joue assis sur le sol les jambes repliées, le chevillier (tête du manche) appuyé contre l'épaule gauche et la caisse sur les cuisses, l'archet est tenu par la main droite. Il dépasse rarement les 70 cm de hauteur et certains modèles, plus décoratifs, présentent un chevillier sculpté en forme de cou de cygne..
C'est le principal instrument à archet de l'Inde du Nord et du Pakistan. Il accompagne le chant dans la musique traditionnelle par des musiciens des castes inférieures ou des musulmans. La dater est chose difficile car déjà utilisée il y a un siècle et encore à notre époque.
(Sources : Extraits de "Les instruments de musique dans le monde" de François-René Tranchefort)
L'administrateur

Haut de la page/To the top...
-100-

05/10/04-Contribution de (pseudo) jmpons
"Clarinette verte.
J'ai un problème avec ma clarinette Couesnon.. Cette clarinette a un pavillon en bakelite qui avec la chaleur et le temps a tourné du noir au vert fonçé. Savez vous comment faire redevenir noire la bakelite. Connaissez vous quelqu'un qui sache manipuler cette matière ou qui puisse me renseigner ? Merci,
05/10/04 jmpons"

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Bonjour,
J'ai personnellement eu le même problème avec le barillet (d'ailleurs pourquoi juste le barillet alors que toutes les autres parties me semblent être constituées de la même matière!?) d'une clarinette "Commodore".
J'ai tout tenté en passant par l'alcool, le dissolvant, le white spirit, etc...La couche verte est en profondeur mais pas trop. J'ai tout d'abord retiré les deux bagues de bordure et ensuite utilisé du papier de verre grain 400 pour dégrossir ensuite du 600 et de la laine d'acier extra fine. J'ai retrouvé sa brillance d'origine en frottant énergiquement avec un chiffon inbibé d'essence de thérébentine.
Comme neuf et sans dommage!
06/10/04 clarin

Haut de la page/To the top...

-099-

25/09/04-Contribution de (pseudo) hector
Bonsoir, est ce que vous pourriez me dire comment identifier les instruments marqués C.MAHILLON BRUXELLES, s'agit il de Charles Boromée Mahillon ou Victor Charles Mahillon? Enfin, peut on se fier aux numéros de série marqués sur le 2em piston? Merci d'avance.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Faute de mieux (ce qui n'est déjà pas si mal vous en conviendrez) j'utilise le Langwill dans un premier temps et comme vous probablement j'ai pu noter que Victor Charles le plus plus vieux des fils de Charles Borromée travailla avec son père de 1865 à 1877. Il n'est pas fait mention de fabrication sous son nom; les successeurs Charles et Fernand Charles auraient pu utiliser au début du siècle le "C" de Mahillon avec leur propre numérotation.
J'ai remarqué, sur d'autres instruments, une double numérotation dont une personnelle de l'acheteur (armée, fanfare, etc) notée par lui-même ou noteée par le fabricant sur sa demande.
Merci aux membres avisés de compléter
25/09/04 l'administrateur

merci de votre réponse. J'ai trouvé quelques éléments supplémentaires dans "le dictionnaire des facteurs d'instruments de musique en Wallonie et à Bruxelles du 9e siècle à nos jours" mais rien de très précis, dommage...
25/09/04 hector

J'ai consulté l'essai de classification des facteurs belges... de Jacques Cools, rien de plus.
Pouuriez-vous nous transmettre les quelques infos supplémentaires dont vous parlez?
25/09/04 l'administrateur

J'avais effectivement regardé, rien...
Pour les infos supplémentaires, cela va être difficile car il y a bien 3-4 pages de dictionnaire sur Mahillon père, frères et fils !
Ce que je souhaite trouver, c'est une liste de numéros de série avec les années correspondantes. Je vais essayer de contacter le Musée instrumental de Bruxelles, on verra bien.
Merci.
25/09/04 hector

Haut de la page/To the top...

-098-

23/09/04- Contribution de (Pseudo) guilmore
Bonjour à tous.
Concernant les guitares SELMER j'ai remarqué que sur certains sites Internet américains, l'on pouvait lire "Archtop" à propos de la forme bombée d'une partie de la table. Certains même ajoutant "beautifull...archtop!", comme si il s'agissait d'une forme naturellement pensée par le fabricant.
Un membre aurait-il une traduction sur ce terme et me dire si cette forme bombée était conçue au moment de la fabrication ou s'il ne s'agissait pas plutôt de déformation résultant de la trop forte traction des cordes et de la faiblesse des barres.
Merci"

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

-"Bonjour, je pense que l'on peut dire, en toute modestie, qu'il n'ait d'expert à 100% en ce monde. Le terme "archtop" n'est propre qu'aux instruments dont la table (et le fond) a été mise en forme bombée ou creusée par l'intermédiaire du rabot du luthier comme les violons par exemple.
Ce n'est évidemment pas le cas pour les guitares Selmer. Leurs tables présentent un galbe, résultant d'un travail de lutherie aussi, créé par une fine cassure sur la largeur de la face intérieure de la table au niveau du chevalet".
Bien à vous
23/09/04 François Charle
Auteur de : "Histoire des guitares Selmer et Maccaferri"

Haut de la page/To the top...

-097-

07/09/04- Contribution de (Pseudo) plessi
Bonjour,
Quelqu'un pourrait me dire quel modèle de micro utilisait Django Reinhardt.
Merci

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Django Reinhardt, après diverses tantatives pour electrifier son instrument, adopta le micro Stimer ST 48 peu de temps après sa sortie sur le marché.
Ce fut l'ingénieur français Yves Guen, grand amateur de musique, qui a réalisé et mis envente en 1948 le fameux ST.48, le premier micro magnétique de production française adapté pour les guitares Selmer et ensuite Di Mauro, etc...il prit en compte les dimensions et la forme ovale des rosaces des guitares Selmer.
Actuellement quasi introuvables, sinon à des prix exorbitants, le luthier Maurice Dupont eut la géniale idée de reprendre la marque et de reproposer deux modèles (reproduits en répliques fidèles) dont le ST.48 pour 230 Euros.
08-09-04-pintor

Haut de la page/To the top...

-096-

07/09/04- Contribution de (Pseudo) plessi
Qui est Martenot et que fit-il?

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Après une première série de recherches, Maurice Martenot présenta au public, à l'Opéra de Paris, en mai 1928, son instrument radioélectrique. Ce fut un triomphe. Les recherches se poursuivirent, l'instrument progressa, l'évolution de la technique électronique incita l'inventeur à transistoriser ses ondes.
Le créateur n'a jamais cherché à imiter le timbre des instruments traditionnels mais à créer, au contraire, des sonorités nouvelles.
Grace à l'inertie pratiquement nulle de l'électricité, les Ondes Martenot permettent d'agir avec la plus grande subtilité, suivant une progression infinitésimale, sur tous les paramètres de l'expression musicale : hauteur, puissance, timbre, attaque et durée. Les ressources nouvelles apportées à l'expression musicale par les Ondes font de cet instrument électronique l'une des principales découvertes de la facture instrumentale du XXème siècle.
Des centaines de compositeurs ont déjà écrit pour les Ondes Martenot dont les possibilités expressives s'imposent maintenant dans l'orchestration moderne.
08-09-04 lachen

Haut de la page/To the top...

-095-
29/08/04-Contribution de (Pseudo) x-man
bjr ...je suis a la recherche de quelquen chi peut eventuelmant me faire une estimation .... saxo E BEAUGNIER nantes paris ...n. de serie 7374 trouve dans une cave en toute bonne etat

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses: The Beaugnier factory was a small saxophone factory in France which produced hand-crafted saxes in very small numbers. The company was owned by Leblanc who was forced to close the Beaugnier factory, end 60's, but still followed to produce until 1973 under its name.
Yours, with such serial number, was certainely made end of 60's..
29-08-04 L'administrateur du site.

La firme Beaugnier était une manufacture française de saxophones renommée pour la qualité de son travail et ne produisit qu'en très petite quantité. Elle fur reprise par Leblanc qui fut contraint de fermer l'usine fin des années 60. Elle poursuivit néanmoins cette production jusqu'en 1973 sous son propre nom.
Le votre, avec le N° de série communiqué, daterait de la fin des années 60.
29-08-04 L'administrateur du site.

merci de votre rapidite e de votre conseille ...
me pour le moment je ne sais pas ancor la valeure exacte de cette intrumentcar il et vraimant en toute bonne etat ...je voudre savoire pas vous meme + o -
le prix .... car je fait deja une offre au proprietaire
et je croix che sur cette domaine cette tres difficile
de savoire la valeur jouste ....escusez moi de mon movaise francais me je suis etranger .. merci d'avance vous etes pour moi de grande aide ....
29-08-04 x-man

Vous ne trouverez personne pour vous dire le prix de cet instrument sans l'avoir touché ou au moins vu.
Pour ne pas avoir été joué pendant longtemps, même s'il vous paraît en très bon état, vous aurez à changer les tampons, les lièges, peut-être quelques ressorts et le faire nettoyer certainement, un débosselage?
Cette remise en état chez un professionnel coûte entre 350 et 450 Euros. Cette somme et peut-être aussi celle du transport devront être ajoutées au prix d'achat. Tout ceci sera à comparer raisonnablement avec votre budget personnel et votre réelle envie d'acheter cet instrument.
C'est, en l'état des informations que vous m'avez transmises, à peu près tout ce que je peux vous en dire.
29-08-04 L'administrateur du site.

Haut de la page/To the top...

-094-
19-08-04-Contribution de (Pseudo)bassos
Bonjour,
J'ai un problème technique récurrent sur ma basse Couesnon : Sitôt après avoir nettoyé les pistons ils frottent de nouveaux et parfois même se coincent. Ca m'ennuie car je ne joue pas avec sérénité et suis fréquemment obligé de m'arrêter. Par ailleurs je n'ai pas les moyens de m'en racheter une autre et la remettre en état risque de me faire dépenser pas mal d'argent. Que puis-je faire techniquement qui serait soit à ma portée, soit à la portée d'un ami qui bidouille. Merci

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses: C'est pas évident s'il reste de la limaille, et il y en a souvent, à l'intérieur des tubes annexes et qui reviennent se promener dans les cheminées de pistons. L'idée serait d'abord en retirant toutes les pompes d'accord et les pistons, de passer un coup de Karcher (!) dans les tubes par tous les bouts.
Bon courage
20-08-04-arceo

Pour compléter imprégnez d'huile un chiffon que vous ferez pénétrer, en le poussant avec un bâtonnet ou un crayon, à l'intérieur du tube en ayant pris soin au préalable de dévisser la capsule qui se trouve à l'autre extrémité et d'effectuer plusieurs aller et retour à l'intérieur ainsi qu'en le faisant tourner sur lui même. Renouvelez cette opération en retournant l'instrument et en utilisant à chaque fois une partie propre du chiffon. (attention de ne pas perdre le ressort!).
L'autre système efficace (éventuellement complémentaire) est d'utiliser un aspirateur : Mettez un tissu propre sur l'embout (en guise de filtre) et réduisez son extrémité en l'enveloppant avec la main que vous poserez sur le tube du piston.
Quant au piston, essuyez le avec un chiffon propre enduit d'huile (achetée chez un spécialiste des cuivres) et passez celui-ci par les trous en plusieurs aller et retour. Profitez en pour faire la même chose aux autres tubes de pistons et pistons.
Pour finir enduisez bien d'huile (allègrement!) tous les pistons juste avant de les replacer.
Ces opérations sont nécessaires lors d'un usage intensif, ainsi vous préserverez l'instrument dans le meilleur état de jeu possible très longtemps.
ATTENTION : Toujours éviter de faire tourner les pistons à l'intérieur du tube! C'est souvent cela la cause d'usure prématurée et de formation de poussières et de débris métalliques.
20-08-04 mappri

C'est clair que les pistons souffrent à force de frotter. Ils sont même peut-être rayés et usés. Voyez un restaurateur (faire plusieurs devis) pour qu'il leur mette une couche mince de nickel ou d'argent afin de combler les rayures. Ca doit pas coûter trop cher. Faire en sorte qu'il puissent encore coulisser dans les tubes.
20-08-04 primas

Haut de la page/To the top...

 
 
-093-

19-08-04-Contribution de (Pseudo)Ed.Hos
bonjour, je possede un sax alto Millereau(breveté du conservatoire, "fabrication artistique), comme la vignette photo qu'il y a sur votre site, mais il n'y a pas de numéro de série. Cet instrument a-t-il une valeur ? Merci et bravo pour votre site.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Merci bien pour vos compliments sachant qu'il reste encore beaucoup de travail pour qu'il soit parfait.
La marque Millereau sur des saxophones figura de 1878 à 1938, période au cours de laquelle l'entreprise changea de mains par succession et rachat.
Ce que l'on retient de Millereau sont ses instruments dits à "Système Millereau", "compensateur" et "Système Chaussier". En général ces perfectionnements sont portés près de la marque. L'adresse (que vous ne mentionnez pas) pourrait dater l'instrument assez précisément aussi.
Ormis les instruments à systèmes particuliers, la marque n'attire pas (encore!) les collectionneurs (ils ont tort j'en suis sûr!).
20-08-04 L'administrateur du site.

Haut de la page/To the top...

-092-

17-08-04-Contribution de (Pseudo)yuilmo
Bonjour à tous,
J'ai une flûte Leblanc métal argenté à laquelle je voudrais adapter une patte de Si (Leblanc aussi). Pourrais-je être certain qu'il n'y aura aucun problème d'adaptation?
Merci pour votre (vos) réponse.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Pour ce qui est de ta patte de Leblanc, bien que n'étant pas spécialiste des sytêmes Boehm, je peux te dire qu'il faudrait savoir de quand elle date environ ( dur de faire un bidouillage anachronique....numéro de série ?).
Ensuite, il me semble que les flutes à patte de Si ont une clé de correspondance pour actionner la clé sur la patte. La tienne en a t'elle une?
Enfin, et là faut se renseigner auprès d'un spécialiste, j'ai peur que le corps principal d'une flute à patte de Si ait le corps principal légèrement modifié (pour que toutes les notes soient justes, à la façon des corps de rechange sur clarinettes anciennes).
19-08-04-lebret

Haut de la page/To the top...

-091-

06-08-04-Contribution de (Pseudo) ritou
On me propose une guitare manouche style copie SELMER portant une etiquette MASSPACHER, avec une excellente sonorite. Je ne connais pas cette marque, ni la date de fabrication. Avez-vous des informations ?
Merci d'avance.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

  Réponses:

Pour avoir l'illusion visuelle de posséder une Selmer!...et encore, de loin!
Je ne connais Masspacher que pour ses vents fin XIXème. Les chaînes chinoises fabriquent à tour de bras en ce moment...pourquoi pas utiliser ce nom!...ou d'autres comme ceux qui fleurissent actuellement sur Internet.
Cordialement
16/08/04 L'administrateur

J'insiste car, dans ce cas on ne peut accuser la Chine ou tout autre nation d'Extreme-Orient car il s'agit d'une manouche ancienne artisanale. D'autre part, j'aimerais comprendre pourquoi la lutherie artistique Masspacher 39, passage du Grand-Cerf 145, rue Saint Denis Paris n'aurait fabrique que des instruments a vent ? Il existe encore des violons Masspacher. Pouvez-vous m'eclairer ?
17/08/04 ritou

Bonjour,
Il est vrai que tout mettre sur le dos des copistes asiatiques (pour généraliser) est chose facile mais pas sans fondement et de plus en plus vraie, hélas (pourquoi hélas d'ailleurs? n'est-ce pas la concurrence qui motive et stimule nos luthiers?). La qualité de leur fabrication devient redoutable!
Le dernier 1/4 du XIXème siècle à Mirecourt a traversé une grande crise économique et de confiance au profit d'autres villes.
Bon nombre de luthiers vosgiens pour tenter de s'en sortir continuèrent à fabriquer et vernir entièrement leurs instruments mais signés par d'autres auteurs ou marchands de Bruxelles, Lyon ou Paris.
Masspacher, que l'on situe fin XIXème exerçant à Paris, fut revendeur d'instruments à vent comme des flûtes, des trompettes et de cornets mais aussi...de violons!
La fabrication des guitares Selmer débuta en 1932 supervisée par Maccaferri et il me semble que Masspacher n'existait déjà plus à cette époque.
(Sources : New Langwill Index-Tony Bingham / Dictionnaire Universel des luthiers-René Vannes / 1ère rencontre de Mirecourt, Colloque historique des 9 et 10 mai 1998)
L'énigne du jour sera : qui a donc fabriqué votre guitare en copie Selmer?
D'autres membres auraient-ils la réponse?
18/08/04 L'administrateur

Di Mauro et Favino signaient-ils toutes leurs copies Selmer?
18/08/04 brega

"Je constate qu'il y a contradiction entre Masspacher (ferme avant 1932) et copies Selmer (produites apres 1932). Dans l'hypothese ou l'etiquette Masspacher serait une piece rapportee (elle a cependant l'air d'epoque dans cette guitare...) on peut s'attaquer a un autre indice d'identification : le cordier grave a la danseuse, qui se vend actuellement encore chez RF Charle comme les autre cordiers copies Selmer. Peut-on savoir quel luthier l'utilisait car je ne l'ai vu sur aucune photo des vintages Di Mauro, Favino, Busato... Il y a encore du grain a moudre. Grand'merci a ceux qui s'interessent a mon "cas".
20/08/04 ritou

Cher Ritou,
Somme toute Masspacher a mis ses étiquettes dans le fond de ses guitares et comme l'explique François Charle dans son très bel ouvrage "Guitares Selmer, Maccaferri", bon nombre de luthiers se mirent à copier les modèles Selmer sous leur propre marque et probablement de façon anonyme pour des revendeurs de guitares. Voici une partie de texte du livre de Francois Charle qui met en lumière ce que je viens de vous dire :
....Dès son apparition elle eut un grand succès (la guitare jazz petite bouche 14 cases extérieures), mais son prix était plus important que le prix moyen d'une guitare de l'époque. Les autres fabricants de guitares subirent alors une forte demande de la part des guitaristes pour des guitares en copie. A cette époque de nombreux luthiers d'origine italienne étaient venus s'installer à Paris et fabriquaient, banjos, mandolines et guitares. Les premiers à avoir copié les guitares Selmer furent certainement Jacobacci et Di Mauro. Puis Busato, Olivieri, Anastasio, Pappalardo, Favino et quelques autres fabriquèrent leurs modèles. Certains luthiers de Mirecourt comme Patenotte et les frères Gérome firent également de nombreuses guitares à la manière des Selmer. Aujourd'hui et après les tentatives japonaises, de nombreux luthiers aussi bien en France qu'à l'étranger continuent de les copier. Seul Maurice Dupont en réalisant de vraies copies s'approche des originales...."
Sources : "L'histoire des guitares Selmer, Maccaferri" de François Charle.
06/09/04 L'administrateur


Bonjour
Il serait juste de modifier la dernière phrase de ce passage. Mon livre a été écrit il y a 5 ans maintenant. On ne peut plus dire aujourd'hui, que seul Maurice Dupont réalisent des copies très proches mais de nombreux fabricants le font, tels Dell Arte, John LeVoi, Killy Nonis, Stefan Hahl et d'autres.
Bien à vous

06/09/04 François CHARLE
17 Galerie Véro-Dodat
75001 PARIS France

http://www.rfcharle.com

L'importateur aux USA des guitares Maurice Dupont aurait eu maille à partir avec ce dernier. Il a décidé de rompre le contrat qui les liaient car la qualité de ses instruments s'était détériorée. De plus il ne pu jamais le joindre et ne reçu plus de réponses ni à ses courriers, à ses mails et nombreux coup de fils.
Lu sur le site de l'importateur vraiment pas content, content!.. qui en a rempli toute sa page d'accueil.
Un démenti?
06/09/04 part2

Est-ce bien de ne pas citer le nom de l'importateur ? car celui du fabricant l'est !. Colporter et faire foi à des infos non vérifiées c'est indirectement faire de la pub à quelqu'un qui n'en a pas besoin mais aussi prendre le risque de diffamer!
06/09/04 L'administrateur

Voir contribution N°102 pour "Masspacher"
02/12/04 L'administrateur

Haut de la page/To the top...

-090-

17/05/04-Contribution de (Pseudo) Camors
Un lien interressant à éventuellement retenir Dictionnaire des musiciens danseurs, luthiers et facteurs d'instruments de musique nés, domiciliés ou de passage à Dunkerque 1700 – 1914 http://graal.asso.free.fr/accueil/declerck/

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

- Bonjour,
Le New Langwill Index indique 4 facteurs d'instruments dont "Bossu" que je n'ai pas vu dans le dictionnaire "Declerck". Par contre Il est mentionné dans ce même dictionnaire deux orthographes pour un autre facteur : "VERROU" et "VERRON", distinction non précisée sur le Langwill.
La bibliographie désignée sur le Langwill concernant ce facteur est "Leclerck" et non "Declerck" (probablement une erreur d'impression. Le préposé à la rédaction du Langwill serait-il un parent de celui de l'Etat-Civil de Dunkerque?)
1705/04-BRIGNO .

-Ce dictionnaire (merci à l'auteur pour ce travail, de fourmis) ne pourrait-il pas comporter un choix par thèmes : Musiciens, danseurs, facteurs, etc..?
Je ne dispose pas du Langwill, merci au rédacteur de la réponse précédente qui pourrait m'éviter une recherche alphabétique fastidieuse (de A à X) en citant les deux derniers facteurs non nommés dans sa réponse.
17/05/04-pouet

Haut de la page/To the top...

-089-

11/05/04-Contribution de (Pseudo) Camors
Bonjour, Je recherche des renseignements concernant le facteur d'instruments à vent Mercadier à Paris et notamment en ce qui concerne les bois. Est il à rapprocher de Mercadier à Toulouse qui lui oeuvrait dans les cuivres ? Restaurant actuellement plusieurs de ces clarinettes en buis très clair (teintées en noir), je situe approximativement leur production au tout début du 19ème car ces modèles ne bénéficient pas du système 13 clés d'Ivan Muller apparut à compter de 1811….. Elles sont revêtues sur le pavillon des 2 grenades suivantes : " Mercadier Paris" & "Qualité Excelsion". Le pavillon et les 2 parties du corps sont frappés de la lettre B. Aucun signe particulier en revanche sur le barillet. Un passionné peut il m'éclairer de ses lumières sur les clarinettes dont il s'agit ? J'avoue mon ignorance, toutefois j'avance la piste suivante P.L Mercadier auteur d'un Traité Elémentaire d'Harmonie chez Perrotin – Paris –1861 pourrait il ne faire qu'une personne avec le luthier objet de mes recherches. A confirmer ou infirmer; d'avance merci de votre contribution.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

"Début d'un dialogue qui , je l'espère, trouvera sa suite dans ces prochains jours avec l'aimable participation d'autres membres :
Je n'ai personnellement jamais vu le mot "facteur" près de celui de "Mercadier". Ses instruments auraient pu être fabriqués par Couesnon comme beaucoup de revendeurs de cette époque et y faire poinçonner son nom. Chose courante. Courante aussi est cette période de latence accentuée par certains utisateurs des systèmes précédents avant qu'un nouveau produit prenne vraiment sa place, si révolutionnaire soit-il.
J'ai noté 1812 pour la 13 clés d'Ivan Müller, mais ne chipotons pas.
Sur quelques catalogues comme celui de Gautrot-Ainé & Cie de 1867 (fac-simile du Larigot N° X Spécial 1999) est présentée toute une gamme variée d'instruments et notamment des clarinettes allant de 6 à 14 clés. Il n'est donc pas impossible de penser que votre Mercadier (celui des clarinettes) aie pu s'en procurer dans le tout début du XXème siècle (source Langwill et Larigot).
"Qualité Excelsior" voulait-il dire "Qualité supérieure"?
B veut dire Si (pour Sib) ; Un autre Mercadier, du théâtre Impérial lyrique fut essayeur de saxhorns altos, basses et contrebasses pour les modèles Gautrot-Marquet (fac-simile du catalogue Gautrot-Ainé & Cie de 1867, du Larigot N°X Spécial de 1999).
En conclusion (le terme est inaproprié!) je pense que Mercadier de Toulouse et Paris ne font qu'un. Reste à savoir si l'auteur du Traité et l'essayeur de saxhorn n'était pas aussi revendeur d'instruments à vent."
12/05/04-L'administrateur du site

Haut de la page/To the top...

-088-

08/04/04-Contribution de (Pseudo) nico
Bonjour à tous, Je suis étudiant en musicologie. Je fais actuellement mon mémoire sur la "Facture des cuivres en France". Je cherche par tous les moyens des infos, mais pour être franc avec vous, c'est pas facile. Les ouvrages parlant explicitement du sujet sont très rares. Il y a évidemment les ouvrages de PIERRE Constant (véritable trésor) mais à part ça, c'est plutôt mince. Je cherche des personnes connaissant tous types d'infos, des adresses email, téléphones, ce qui pourrait m'aider. Pour les grandes boîtes tel que Selmer, Courtois.. (il suffit d'aller sur leur site) mais pour les plus petites ou celles qui ont fermé, c'est pas la même chose. Mon but en ce moment est de répertorier tous les facteurs de Cuivres (trompettes, cors.....à embouchure)en France du moyen-age à aujourd'hui. Si vous êtes des descendnat de facteur, n'hésitez pas à me contacter, si vous voulez m'aider vous êtes la bienvenue? Merci à tous Nico, et vive la musique !

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

 

C'est certain, un travail comme celui que vous proposez de faire est énorme. Certains s'y sont essayés et ne purent, en écrivant leurs dernières notes, être sûrs d'en avoir fini :
"Such a work is never finshed : it must, however,pass for such as soon as the author has done his utmost, considering time and circumstances." ( Un tel travail n'est jamais fini : il doit, toutefois, être considéré comme tel aussitôt que l'auteur à rédigé sses dernières notes, en fonction du temps et des circonstances.) C'est ainsi que débute la préface de l'ouvrage de William Waterhouse "The New Langwill Index" édité par Tony Bingham à Londres. Son sous-titre est : "Dictionnaire des instruments de musique à vent, fabricants et inventeurs".
Une somme de travail titanesque; Aux dires de certains spécialistes il serait toutefois préférable d'user du conditionnel quant à l'affirmation de dates, de lieux et de parentés. Evidemment le soucis est de ne pas pouvoir comparer car ce dictionnaire généraliste (recencement des acteurs du domaine des instruments de musique à vent du monde entier) est unique.
L'association ACIMV (Association des Collectionneurs d'Instruments de Musique à Vent) regroupe quelques 250 membres. Tous ont une même passion pour l'instrument et son histoire et spécialistes à des degrés et en des domaines très divers (facteurs, systèmes, histoire, etc.). Le bonheur serait pour vous de pouvoir joindre son président Monsieur Bruno Kampmann de grande réputation. Un bulletin (dit "a périodicité variable") le "Larigot" est édité par l'association. Procurez-vous de toute urgence l'essai de classification des facteurs, ouvriers, inventeurs, essayeurs, marchands...français de Jacques Cools en deux volumes (Spécial N° XI de seprembre 2000 et spécial N° XIII de mars 2002).
Vous trouverez une sélection d'adresses de librairies spécialisées dans la rubrique du site "CONTACTS-Liens-Librairies musicales" (coût : 750 frs en 2001).
Les coordonnées de l'ACIMV se trouvent dans la rubrique du site "CONTACTS-Liens-Associations-ACIMV".
Bon travail
16/04/04 L'administrateur du site

Haut de la page/To the top...

-087-

28/03/04-Contribution de (Pseudo) cat
j ai trouvé une trompette dans mon jardin sur cette trompette est inscrit trompette exposition universelle de paris 1900 hors concours membre du jury couesnon et cie fournisseur de l armée 94 rue d angouleme paris E.buffet premier prix du conservatoire breveté SGDG paris je voudrais savoir si cette trompettte a une valeur et laquelle"
Merci

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Trois informations permettent de dater au plus juste :
1/ La date de l"exposition Universelle de Paris en 1900 portée sur l'instrument.
2/ La firme Couesnon occupa le 94, rue d'Angoulème à Paris de 1888 à 1937.
3/ La marque Buffet (l'initiale portée devant ne serait-elle pas plutôt "F" que "E" correspondant probablement à "François" ?) associée au nom Thibouville fut reprise par Couesnon en 1895 (d'après le New Langwill Index).
En principe chaque reprise d'entreprise s'accompagne généralement d'une période de transition commençant par la revente partielle du stock d'instruments restants, sous la marque de l'ancien fabricant. Le reste du stock encore disponible étant vendu avec la marque du nouveau propriétaire ajoutée.
En aparté, les outils de gravure de l'ancien fabricant étant disponibles au nouveau, il était aisé à ce dernier de rajouter "F (E?) Buffet sur ses propres instruments (plus de notoriété?).
L'on pourrait donc considérer raisonnablement la période proche du début de siècle (1900/1910 ?).
Une 4ème information résumerait l'ensemble :
N'y aurait-il pas un petit motif de forme ovale avec un toupet sur le dessus (appelé grenade) avec 2 chiffres à l'intérieur?...ces deux chiffres correspondent à l'année de fabrication!. Voir photo en exemple
" ICI ".
Nous ne faisons jamais d'estimation de prix. L'on peut juste dire qu'elle est plus intéressante qu'une simple Couesnon fabriquée à des milliers d'exemplaires.
Merci aux autres membres de bien vouloir compléter ou éventuellement d'infirmer mon analyse. Je n'en prendrais pas ombrage:)
30/03/04 L'administrateur du site

Haut de la page/To the top...

-086-

25/03/04-Contribution de (Pseudo) icirex
Où peut on trouver de pièces de rechange pour sax sib (clapets ,feutres ,d'obturation ,ressort etc.
merci d'avance"

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Tout dépend de la quantité désirée. S'il s'agit de remettre en état "un" saxophone je ne vois que la solution des revendeurs. Ceux-ci achètent en gros et peuvent (ce n'est pas toujours le cas) revendre au détail.
Ex pour l'Alsace :
• Dorlisheim (67)
• Musique Au Logis - 19 r Division Leclerc - tel 03 88 47 90 99
• Urmatt (67)
• JazzAmy - 33, rue du Lossen - tel 03 88 97 47 80
...
Et puis une trentaine d'autres dans le Haut et Bas-Rhin dont il vous faudra faire le tri :
http://www.musicologie.org/breves/cours/01.html#Luthiers

pour les grosses quantités nous mettons en lien sur notre site quelques grosses maisons pour les aiguilles et anches :
http://www.instrumantiq.com/pages_html/contacts_liens.htm#materiels
Et bien sûr pour les tampons, lièges, aiguilles et divers :
Martin Chanu SA
27750 La Couture Boussey
02 32 36 75 40
"chanu.com"
27/03/04 L'administrateur du site

Haut de la page/To the top...

-085-

12/03/04-Contribution de (Pseudo) avrile
Bonjour.
J'ai remarqué que vous annonciez l'ouverture prochaine d'une rubrique "Vols d'instrument". M'étant fait dérobé récemment toute une série d'instruments, me serait-il possible de vous en communiquer la liste afin de la diffuser sur votre site et peut-être avoir la chance de pouvoir les récupérer.
Merci à vous.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

L'idée d'une rubrique 'Vol d'instruments" m'était venue il y a un an. Après réflexion, même si l'idée est généreuse au départ, j'ai décidé de ne pas la proposer et ceci, pour la raison suivante :
Si elle avait l'avantage de mettre en garde et d'éveiller la vigilance de tout acheteur honnête, elle pouvait aussi avertir le voleur et le rendre plus prudent. En ce qui me concerne je diffuse par courriel à mes amis et professionnels de connaissance les infos de vols que l'on me transmet. C'est ce que j'ai fait pour celui commis chez un ami récemment. Je conserve avec moi lors de mes déplacements quelques listes.
Envoyez moi la vôtre et je ferai tout mon possible pour la communiquer de façon restreinte mais ciblée.
A bientôt
15/03/04 L'administrateur du site

Haut de la page/To the top...

-084-

29/02/04-Contribution de (Pseudo) 2024dk
Grande brocante musicale et instrumentale
Dimanche 4 avril 2004
de 10h à 18h
à BEUVRY (62)
Salle des sports Albert Debeyre
rue Antoine de Saint Exupéry
échange et vente d'instruments, accessoires, partitions, ouvrages,
enregistrements audio, et de tout objet en rapport direct avec la musique organisée par l'association Odeum
renseignements et inscriptions :
03 21 61 14 30 ou 03 21 64 07 71 ou 03 21 65 90 03 ou 03 21 65 16 51

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-083-

11/02/04-Contribution de (Pseudo) basse
J'ai pris la suite familiale : j'apprends à jouer d'un saxhorn ou basse en si bémol (en do en ôtant la rallonge de coulisse) à 4 pistons (3 + 1) et je m'interroge sur cet instrument, dans la famille depuis le début des années 1940. Pourriez-vous m'éclairer sur son année de fabrication, le facteur d'instrument, même si c'est de façon approximative ? Quelle en est la côte, si elle existe ? Au vu des inscriptions gravées, j'ai quelques idées, encore trop vagues. Sur l'instrument, sous le pavillon, avec des typographies différentes et des ornementations pour certaines lignes, voici ce que l'on peut lire. "1er grand prix de facture instrumentale" "Médaille d'or 1900" "Adolphe SAX" "Fournisseur de l'Académie Nle de Musique" "84 rue Myrha" "PARIS" Sur le piston du milieu : "AD SAX PARIS 18399" Sur l'embouchure : "AD SAX PARIS" D'avance merci pour vos réponses. Salutations.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Le nom de la rue Myrrha détermine celui du facteur Adolphe Edouard Sax, fils du célèbre facteur Belge.
Né à Neuilly le 29/09/1859 et mort à Paris le 3/04/1945.
Il débuta en 1886 avec son père et lui succéda en 1894 (date de la mort de Adolphe Sax père) sous le nom de "Sax-Fils".
Sa carrière de fabricant d'instruments s'interrompa en 1928 par le rachat de l'entreprise par H. Selmer qui continua d'utiliser la marque Sax jusqu'en 1933.
(Sources : New Langwill Index)
Le nom de la rue Myrrha détermine aussi la période de fabrication. Il occupa cet atelier de 1905 à 1928. Votre instrument avec le N° de série 18399 daterait probablement d'après-guerre, aux alentours des années 20 (avec toutes les précautions d'usage)

Je ne m'égare plus à coter (chiffrer) des instruments. Au contraire de ceux du père, qui fut un inventeur, il n'y a pas actuellement d'engouement de collectionneurs. On trouve assez facilement et pour des prix assez modiques des instruments comme le vôtre.
Ceci dit, dans vingt ans les seuls "Sax" disponibles (en dehors des vitrines des collectionneurs) seront ceux du Fils et d'autres membres de la famille (frère et neveu du père).
Cordialement
12/02/04 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-082-

07/02/04-Contribution de (Pseudo) vramac
On dit que les anglais ne font rien comme tout le monde, pour le coup ça se confirme avec leur mode de notation (A, B, C, etc.).Pourquoi utilisent-ils un mode de notation différent du nôtre?"
Merci.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

J'aurais bien envie de confirmer le début de votre message mais pour le coup (comme vous dites) c'est nous qui devenons singuliers pour avoir modifié le mode de notation d'origine.
Le pape Grégoire le Grand durant le Vème siècle, établit un style de musique (chant Grégorien) et codifia les pratiques religieuses (prières, chants...). Il nomma aussi les notes de musique par les premières lettres de l'alphabet : A, B, C, D, E, F, G. Cette notation est toujours utilisée par les anglo-saxons (pas seulement les anglais). Ces notes correspondent dans la gamme latine à respectivement : la, si, do, ré, mi, fa, sol.
08/02/04 Gilmor

Ut re mi fa sol la (le si venant plus tard) sont les premières syllabes des vers d'un cantique que le moine Guy d'Arezzo eu l'idée au Moyen-âge de donner comme nom aux notes de notre gamme "heptatonique) Quid de l'antériorité de la notation alphabétique?
02/12/04 zaouch

Haut de la page/To the top...

-081-

07/02/04-Contribution de (Pseudo) franic
Le club des ignorants vient d'intégrer un membre de plus!
J'ai acheté trois cuivres et je ne trouve personne pour me dire quelle est leur tonalité. De quelles façon sûre puis-je le savoir?
Merci beaucoup pour vos réponses et pour ce lieu de culture (si, si!)

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses: Réponse tardive, encore utile ? Pour des instruments comme la trompette, le cornet, le bugle..la tonalité est la note donnée par le son naturel le plus grave que l'on peut obtenir sur l'instrument, SANS enfoncer aucun piston (ni allonger la coulisse pour un trombonne. Il en est de même pour les autres j'imagine. Attention aux anciens instruments : ils peuvent être à des diapasons anciens,plus bas (435 ou même moins), ou ...450 au lieu de notre 440 standard d'aujourd'hui.
25/02/05 marcq

Haut de la page/To the top...

-080-

04/02/04- Contribution de (Pseudo) german
I have a Pelisson Guinot Blanchon & Cie. Baritone/Saxhorn(no serial number).
I would like to know how old could be.
I can´t find many references of this instrument.
Thanks.
Avec mes sentiments les meilleures.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

According to my documentation, "Pelisson-Guinot-Blanchon & Cie" was making instruments during a short time from 1905 to 1911.
In fact it wasn't rare at this time the manufacturers selling an old stock or making instruments with the name they had before.
Then we should be very carefull in dating and the best is to be as larger as possible; I will not take any risk if I say your instrument is dated between 1905 and 1915.
"The story of this company begun 30 years before and in two places in France : Paris and Lyon.
In 1875 known as "Pelisson Frères &Cie", successors to Couturier; in 1900 a large factory in Lyon with 100 workforce ; later also making saxophone ; 1905 as "Pelisson, Guinot et Blanchon" ; till 1931 as "Gaillard-Martel & Loiselet" successors; Also listed at this time as "Blanchon & Cie" ; "A. Pelisson" ; Guinot & Cie". "
(Sources : New Langwill Index)
A bientôt
04/02/04 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-079-

24/01/04-Contribution de (Pseudo) paco
Bonjour
Vraiment géniale cette rubrique.
N'a t-on déjà pas inventé un système démultiplicateur qui permettrait de réduire la course des pistons des cuivres?. Ramener cette course de parfois 3cm à 0,5cm. N'y gagnerions nous pas en vélocité?
Si ça n'existe pas, je m'empresse de breveter mon idée!
Merci pour vos impressions.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

"Il existe effectivemùent des cuivres équipés de pistons "short action". Mais quant à bidouiller un système ....Dans le cas d'une réduction du mouvement du doigt, cela se traduira aussi par une augmentation de l'effort nécessaire (loi de conservation du travail !)donc je sais pas si on y gagne vraiment ?"
14/02/06 Kricho

Haut de la page/To the top...

-078-

18/01/04-Contribution de (Pseudo) Gilmor
Bonjour à tous.
Quelqu'un pourrait me dire de quelle matière (s) sont constituées les plaques de musique des bandonéons Alfred Arnold?
Merci

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:
"les plaques des bandos A.A. comme les autres marques de bandos ont d\'abord été faites de ce que l\'on appelait du zinc (en vérité un alliage de plomb??? de zinc et d\'antimoine (qui a la propriété de durcir les métaux)), jusque dans les années 1915/20 en Europe, puis la mode, l\'attrait du nouveau, et surtout le poids de l\'aluminium a supplanté ce métal... Notamment pour les accordeons ou le gain de poids futb tres apprecié! L\'aluminium a été inventé avant 1900 ,il me semble ,mais des problèmes de droits (américains), et donc de prix, en ont empéché le développement rapide en europe... Sur des catalogues d\'instruments dès 1920 des bandoneons avec plaques alu en options(plus chers) étaient proposés à la vente...Ironie du sort, les bandoneons anciens avec plaques \"zinc\" sont maintenant très recherchés! A tel point que les fabrications neuves de bandos se font actuellement presque exclusivement avec des plaques musiques en \"zinc\"! Une éternelle discussion se prolonge depuis des années pour savoir quel est la meilleure plaque et la bataille n\'est pas finie! Le zinc semble actuellement l\'emporter pour des raisons de poids, justement, qui garanti une bonne inertie sonore, qui permettrait une bonne transmission des harmoniques sans vibrations parasites propres à la plaque, ce la permettrait également une meilleure puissance de jeu et tenue de cette puissance sans saturation....Et pourtant , j\'ai eu en main des bandos alu, qui sonnaient merveilleusement bien, avec une sonorité plus forte pour une moindre pression sur les soufflets....L\'avantage des plaques zinc est aussi dans sa dureté superieure et est moins sensible aux chocs et aux rayures, mais ca c\'est du domaine du luthier..."
linlin, le 23/08/07

Haut de la page/To the top...

-077-

13/01/04-Contribution de (Pseudo) accord
Bonjour à tous et merci pour votre espace utile.
J'ai hérité de l'accordéon de mon grand-père. Il s'agit d'un Fratelli Crosio chromatique 120 basses non utilisé depuis une vingtaine d'années mais toujours conservé dans sa boite d'origine et dans un local sans humidité et sans variations de température excessives. La date de la facture qui était jointe de remise en état complète (changement des cuirs, de certaines lamelles, nettoyage des mécaniques) prouve que l'instrument a été peu utilisé et immobilisé peu longtemps après cela.
Ceci dit, j'ai tenté d'en sortir quelques notes, juste pour voir n'étant pas instrumentiste. Après toutes ces réparations il devait fonctionner mais je n'ai réussi à en sortir que quelques notes. Quelque chose empêche le son de sortir.
Je l'ai montré à un réparateur et sans même l'ouvrir m'a annoncé de suite qu'il allait m'en coûter 750 Euros pour deux mois d'immobilisation!.
La question est : Y aurait-il quelque chose que je pourrais faire moi-même, sans détériorer d'avantage, avant d'entreprendre une telle dépense?.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

De deux choses l'une si vous souhaitez le conserver. Soit vous choisisez d'apprendre à jouer de cet instrument de façon sérieuse (avec un professeur par exemple), soit il reste un élément de décoration;
En commençant par la deuxième solution je dirais: ne l'apportez pas chez un réparateur et ne faites rien dessus par vous-même. Laissez-le tranquilement dans son coin protégé et pourquoi pas, à dispo pour la prochaine génération!
La première solution est celle que je préfère car les instruments doivent continuer à vivre au delà des générations, et donc la meilleur.
Un devis, à l'appui de commentaires de restaurateurs pro, consiste à estimer l'ampleur du travail par les pièces à changer, la main d'oeuvre (très gros poste) et surtout les surprises évidemment non quantifiables. Sans doute sur-estimé parfois mais aussi sous-estimé dans bien des cas à cause justement de ces mauvaises surprises.
Ce qui vieillit mal dans le temps sont les matières textiles et peaux qui se désagrègent ou sèchent, l'acier qui rouille ou tout autre métal qui peut se dilater, le bois qui se déforme ou sert de garde-manger à certaines bestioles.
Avant de vous décider à le porter chez le restaurateur, puisque vous envisagiez d'y consacrer un peu de temps, faites quelques vérifications de base comme :
-Tester l'étanchéité des soufflets en suspendant l'instrument par un côté. Si le soufflet s'ouvre rapidement et complètement c'est qu'il y a une ou plusieurs fuites.. Dans un premier temps posez la main ou la joue contre les parois du soufflet en action en inspectant toute la surface afin de déceler les prises d'air. Faites des repères aux endroits détectés. Ensuite démontez le.Un examen de l'intérieur du soufflet déployé, dans un endroit très éclairé, confirmera les fuites par des filets de lumière et peut-être vous en fera découvrir d'autres. Prenez des pièces de tissu de coton que vous collez à l'intérieur du soufflet avec une colle "spécial tissu".
-Vérifiez l'elasticité des languettes de cuir sur les sommiers. Ci celles-ci ne sont pas déformées et paraissent sèches vous pouvez les assouplir de la façon suivante. Dégagez les sommiers (boitiers comportant les languettes en cuir et en métal). Prenez une plume dont vous tremperez l'extrémité dans une huile animal genre huile de pied de boeuf utilisée par les selliers (retirez la surcharge en la pinçant avec un tissu). Enduisez les languettes de cuir délicatement, sans déborder, sur les deux faces en prenant soin de ne pas trop les soulever.
Bien sûr au delà de ces opérations mineures, cassez votre tirelire et confiez votre instrument -et pas le contraire;)-..... à un professionnel.
Bonne continuation
15/01/04 Gilmor

Haut de la page/To the top...
-076-

02/01/03-Contribution de (Pseudo) malia
Entendu sur France Inter aujourd'hui dans l'émission "2000 ans d'histoire" :
"Certaines Divas sous le Second Empire avaient une vie qualifée de dissolue. Larousse disait à l'époque qu'elles transformaient la scène en un lupanar. Une Diva nommée Marie Sas, maîtresse à la fois du roi d'Espagne et d'Italie, voulait changer son nom par celui de Marie Sax. Mal lui en prit. Adolphe Sax qui ne souhaitait pas être assimilé aux frasques peu recommandables de cette "demie mondaine", la menaça d'un procés. Ce qui fit changer d'avis la dame".

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-075-

28/12/03-Contribution de (Pseudo) zerlo
" Merci beaucoup pour les infos que vous m'avez transmises concernant mon soprano Vercruysse et Dhondt . Et quelle rapidité ... Pour info, il n'apparaît sur le pavillon que la marque Vercruysse et Dhondt successeurs, maison Jean Dhondt 1888 et l'adresse.
" Un ami possède un Sax alto Selmer Bundy argenté dont le N° de série est le 795146 et qui est en bon état général. Il se demande s'il est intéressant de le faire retamponner et restaurer. Je pense que oui mais n'ai pas d'information par rapport à cette série. Qu'en pensez vous ?"

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Le N° de série situe votre sax dans les années 80/83. Vous ne dites pas si votre ami apprécie de jouer avec. Si c'est le cas il doit le conserver surtout si, peut-être, il n'a pas les moyens d'en acheter un autre. Sachez qu'une restauration courante (tampons, lièges, nettoyage et réglage) coûtera le prix de son instrument, remis en état, sur le marché actuel. Autrement dit s'il souhaite s'en séparer ultérieurement, il pourra récupérer la dépense de la restauration mais guère plus. Vous pouvez imaginez aidément combien il en tirera s'il souhaite le vendre en l'état.
Mon avis n'est pas universel :)
29/12/03-gilmor

Haut de la page/To the top...
-074-

27/12/03-Contribution de (Pseudo) zerlo
" Je cherche des renseignements sur mon sax soprano Vercruysse et Dondt, marque Lilloise si j'en crois ce qui est marqué sur le pavillon. J'en joue depuis plusieurs années et le son est très intéressant mais ... je n'ai aucune information sur son origine."

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Vercruysse et Dhondt successeurs de Dhondt début XXème. installé à Lille (59) rue de Band Wedde et au 139, 143 rue de Paris de 1927 à 1959. Etait revendeur (peut-être aussi fabricant) d'instruments de différentes marques telles que Pierret, J.T.L. (Jérome Thibouville Lamy à Ivry La Bataille -Eure-), Gaubert. Ces instruments étaient fournis soit avec la marque du fabricant soit sans.
(Bibliographie : The New Langwill Index et le bulletion N° XIII du Larigot ACIMV).
28/12/03-gilmor

Haut de la page/To the top...

-073-

10/12/03-Commentaire de (Pseudo) pesa
bonjour, je possède un bugle couesnon sib Monopole Conservatoire. Quel est le prix moyen pour ce genre d'instrument ? Je ne suis pas musicien et c'est un instrument de mon père que je ne souhaiterais pas vendre mais estimer pour une indication personnelle. Merci aux spécialistes !!!

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Notre réponse sera toujours la même,... Excepté pour certaines marques dont la côte actuelle ne fluctue qu'à peine avec les critères couramment utilisés comme l'état général, la finition, l'année, avec ou sans boite d'origine, le nombre de pièces fabriquées, etc, mais plutôt par l'engouement et l'effet de mode qui alimentent les caves et greniers des collectionneurs créant ainsi un phénomène de pénurie. Voyez les divers avis de membres qui ont répondu à la contribution N°065 (vous pouvez cliquer) à propos d'instruments de la marque Pierret et qui pourraient très bien fonctionner avec votre instrument.
Les modèles "Monopole" de la marque Couesnon sont cités sur un catalogue de cette marque de 1913 comme les plus chers (voir Langwill p. 73). Vous ne posez pas la question mais il vous est possible de connaître l'année de fabrication en observant certains détails sur votre instrument comme sur cette photo " ICI ". Sachez enfin que Couesnon fut la marque la plus répandue au monde rachetant toutes celles en cessation d'activités au début XXème. Dans ces conditions on ne peut parler de pénurie!
10/12//03- gilmor

Haut de la page/To the top...

-072-

09/12/03-Commentaire de (Pseudo) nimadu
J'ai vu que vous étiez fin connaisseur de la marque Beaugnier. Je serai intéressé de dater mon saxo alto Beaugnier et éventuellement de savoir où je pourrais obtenir des pièces de rechange.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Votre question est sobre et sans détail. Notre réponse le sera tout autant : Le Langwill dit, et repris par d'autres : "Beaugnier établi en 1927 en partenariat avec Robert Siour." On devrait donc pouvoir dire que votre instrument a été fabriqué entre 1927 et 1968! Quant aux pièces, la piste la plus directe serait sans doute du côté des anciens ouvriers Beaugnier, Leblanc et Dolnet. Sinon les brocs, les ventes aux enchères (avec deux vous pourrez en faire un), les restaurateurs qui peuvent vous en faire sur mesure. Complétez votre question avec détails et photos
.09/12//03- gilmor

Haut de la page/To the top...

-071-

20/11/03-Commentaire de (Pseudo) Gilmor
A propos de Beaugnier: Méfions-nous des spécialistes!
Le conditionnel est une forme très utile lorsque l'on veut limiter les risques d'erreurs en transmettant des informations non vérifiées plusieurs fois, même provenant de "spécialistes".
Le Langwill ne suffit pas, ses infos sont à l'emporte-pièces et souvent approximatives ou fausses parfois. Pour preuve la cessation d'activité de Beaugnier à Mantes La Ville en 1950.
En fait Beaugnier a cessé son activité, à Mantes La Ville, en 1967 (la Chambre de Commerces pourrait le confirmer). La fabrication fut reprise par Leblanc avec le personnel de l'usine et continua la production sous la marque Leblanc jusqu'en 73.
Dolnet (sous la direction de Mr Jumelin, marié à la fille Dolnet) repris la production avec les ouvriers Leblanc, jusqu'en 86.
Dixit un ouvier embauché chez Leblanc en 68 que je pense plus digne de foi que le Langwill. On va dire que mes sources sont sûres à 98 %, par précaution.
Vous ne manquerez pas, j'en suis persuadé, d'approfondir le sujet.
Si vous disposez à l'avenir d'infos supplémentaires (aux sources sûres...le sont-elles vraiment?) Les autres membres, toujours avides d'en savoir un peu plus, sont évidemment preneurs.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-070-

14/11/03-Commentaire de (Pseudo) stef
Bonjour,
J'aurais aimé que l'on me "parle" de mon Violon Sanctus Seraphin II Venetijs anno 1730 fabriqué par Jérôme Thibouville Lamy luthier à Paris.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

JTL fut un copiste, au même titre que bon nombre de luthiers Mirecurtiens (habitants de Mirecourt, dans les Vosges). Né de la fusion de trois grands luthiers vosgiens (Husson, Buthod et Thibouville) dans les années 1870, il devint dès 1875 le premier employeur de la ville (sic.colloque historique des 9 et 10 mai 1998 de la première Rencontre de Mirecourt). Il fabriqua de très beaux instruments et aussi d'autres "d'usine".
Votre violon ne peut être estimé que de visu et en l'ayant entre les mains.
Deux violons identiques n'auront pas la même côte s'ils ont un aspect distinct (déjà restaurés une première fois, fentes de table, angles émoussés, ouies enfoncées, déjà montés ou non, rayures, fournis avec accessoires, certificat d'expertise, etc.).
Je ne saurais que trop vous conseiller de rendre visite à un expert en lutherie. Malheureusement celui-ci sera Parisien:
-Serge Boyer 01 45 22 05 18
-Jean-Jacques Rempal 01 45 22 17 25
-Etienne Watelot 01 45 22 17 25
-Gilles Chancereuil 01 43 25 98 23
-Odile Vérot 01 43 87 19 76
-etc.
-Chambre Nationale des Experts Spécialisés : 01 45 58 18 00
-Syndicat Français des Experts en Oeuvres d'Art : 01 40 22 91 14
-Compagnie Nationale des Experts :01 40 51 00 81
Vous pourrez obtenir soit une simple estimation gratuite ou bien une expertise complète payante.
L'idéal serait de visiter le plus grand nombre d'experts.

25/11/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-069-

14/11/03-Commentaire de (Pseudo) kissca
pourrais-je savoir quels sont les differents types d'ocarinia (si il y en a) et leurs prix approximatifs. merci

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Pour résumer l'on peut dire :
"Les ocarinas fonctionnent suivant le principe des flûtes dites "globulaires". l'instrument est de forme généralement ovoïde, muni de trous et d'une embouchure à conduit (bec). La forme la plus élémentaire en est le sifflet, répandu dans le monde entier et d'origine très ancienne. Instrument de leurre, voire d'imitation, depuis l'âge de pierre vraisemblablement.
Le sifflet peut être confectionné en os, roseau, écorce,bois, ivoire, pierre, argile ou métal....
Quelques types interressants sont les "vases siffleurs" de l'Amérique Précolombienne, connus aussi dans les civilisations sumériennes et chinoise. En terre cuite et le plus souvent de formes animales et humaines.
Les sifflets d'Afrique noire présentent également de notables particularités : ils sont formés d'un tube de bois de diverses tailles surmonté d'une embouchure très échancrée.
Les sifflets à roulettes sont aussi des instruments globulaires comportant une bille tels ceux des arbitres et de la police.
L'ocarina moderne (de l'Italien=petite oie) fut inventé par G. Donati en 1860. En métal muni de huit trous. La hauteur des sons couvre l'octave. De tailles variées, les plus gros émettent des sons plus graves..."
Extraits de "Les instruments de musique du monde" de F. R. Tranchefort Tome II pages 36 et 38.
On en trouve dans tous les magasins de musique et leur prix n'est pas très élévé (10 /15 Euros ?)

19/11/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-068-

12/11/03-Commentaire de (Pseudo) Pajot
J'en ai vraiment marre d'être pris pour un acheteur-gogo, souhaitons que ça s'améliore...je me soigne mais c'est pénible!

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

La modestie doit être de mise pour tous.
Je veux dire qu'on a beau être vigilant, un moment donné on relache son attention sur un détail et la déception est au rendez-vous.
Le sentiment d'avoir été abusé se mêle avec celui de culpabilité de s'être trompé (encore une fois mais c'est bien la dernière, se dit-on). C'est, paraît-il, la meilleur école mais aussi la plus chère parfois. On apprend vite de cette façon. Elle vient en complément de toutes les informations que l'on ingurgite qui proviennent des connaissances spécialisées des autres, de ses lectures et à la longue de son expérience propre qui s'affine, quand même, à la longue.
Personnellement je ne désespère pas avec le temps de limiter mes bourdes. Je pense que ça fait partie du jeu, bien malheureusement.
15/11/03 gilmor

Haut de la page/To the top...

-067-
26/10/03- Commentaire de (Pseudo) ArcFox
I recently found a Civil War style cornet that is interesting to me because of the mark on the bell. It has a little crown and it looks very much like the mark for Labbaye. There is no signature or words, just the crown. Do you think it's possible that this instrument was made by Labbaye and exported to the U.S.? Maybe you have some books that show similar markings or Labbaye instruments from the 1860s-1870s. It would be truly unique if it actually was made in France because the rotary valve is so uncommon there! I made a photo of the stamp on the cornet so that it's easier to see. Next to that photo is the stamp from my Labbaye keyed bugle. It's really a mystery to see an American style cornet with a marking like that. Please tell me what you think about it.
Thank you

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

About Labbaye I have no more information that the one given by Waterhouse that you know already surely:
Labbaye Jean-Christophe, in 1860, exported 75 % of his production. Mainly to England to Gordon & Hanson agent from 1862 to 1871 (nude or with the crown) and Hanson William which stamped his name on Labbaye's horns from 1864 to 1870. Some of them exported, probably, to USA to furnish the two camps during the American Civil War.
19/11/03 gilmor

Haut de la page/To the top...

-066-

18/10/03- Commentaire de (Pseudo) Phenix
Bonjour,
Voici la photo de la flûte traversière Thibouville dont je souhaite connaître l’année de fabrication approximative.
Merci encore des renseignements que vous serez en mesure de me fournir.
Cordialement.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Je possède la même flûte , plus sombre (ébène ?) mais elle est fendue sur la tête et la partie suivante. La signature de Thibouville par contre n'est pas répertoriée sur le site . Dès que j'ai un appareil sous la main , je joins des photos .
21/01/04 kricho

Haut de la page/To the top...

-065-
07/10/03- Commentaire de (Pseudo) sina:
Could anyone tell me a little about my old Couesnon cornet, (
photo) ?? I have had it since mid 70'ties, when I bought it used from a local band with which I then played.
What is written on the cornet is;
COUESNON
105 Rue LA FAYETTE
PARIS
MADE IN FRANCE
In addition, I found printed on the pipe leading from the mouthpiece forwards to the first valve, approximately 10 cm from the mouthpiece: N 5
On the mouthpiece itself there is some kind of mark that I cannot read or describe. I do not know if it is the original mouthpiece.
I have also got a box for my cornet, black with blue lining.
I would very much appreciate to know more about this dear "old friend" of mine.
Best regards

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Dear Sina,
First, we do not know exactly how old it is. Most of the Couesnons got the year of its manufacturing wrote with the other inscriptions on the bell. It's easy to find. The two last numbers of the year are in, what we call in French, a "grenade": an oval mark with a kind of flam on the top of it. The best is to see the
photo attached to this mail. You will understand easily in watching it.
What is sure is that your instrument is not too old.
First because the fingers buttons valves look modern and the Company took place in this address (105, rue Lafayette, Paris 9th) in 1937.
You will find, also attached, a little
text about the Couesnon's family. (sorry for the author of it but I can't find the sources)
The other indications wrotten on the instrument, won't give any interesting further informations.
About your instrument it self it looks nice and apparently in a pretty good condition without major damages except, but I'm not sure because the photo is not large enough, a soldered joint between two tubes.
I hope other members will be able to complete my answers.
07/10/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-064-

12/08/03- Commentaire de (Pseudo) basax:
Merci tout d'abord pour votre espace de dialogue, vraiment utile pour le novice que je suis.
J'ai remarqué que les rebords de pavillon de certains cuivres étaient recourbés et comportaient un fil de cuivre ou de laiton, d'autres un rabattement large et plat et certains autres se distinguant de façon encore différentes.
Serait-ce une marque de fabrique de facteurs pour se distinguer de leurs confrères?
Est-il donc possible, dans cette hypothèse, de certifier l'origine d'instruments sans marque que l'on a entre les mains?
J'appelle les incollables au secours! et je les en remercie.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Incollable, je n'en suis pas!
L'on pourra, dans un premier temps, déterminer le pays ou certaines régions d'Europe. J'ai visité le site (en anglais) du National Music Museum à Vermillion (USA) récemment qui traite du sujet et qui pourrait vous mettre sur la piste:
Différents types de bords de pavillon
12/08/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-063-

15/05/03- Commentaire de (Pseudo) brack:
Bonjour,
j'ai fais l'acquisition d'un saz turque , j'aimerais avoir des infos sur cet instrument;
jeu,tonalité,accordage,methodes,tuyaux,sites,liens....Si vous avez quelque chose pensez à moi.
Merci de votre attention et à très bientot j'espere.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Ma "Bible" personnelle s'appelle:
Les instruments de musique du monde de François-René Tranchefort Ed. Point Musique en deux volumes (genre livre de poche).
Voici ce qu'il en dit:
Page 157 du volume 1
"Famille des luths arabes: luths populaires.
Au Sétâr et au Tar s'apparentent nombre de luths en usage dans les régions d'Asie antérieure, qui ne sont utilisés que dans les musique populaires traditionnelles (...) Le saz -ou sas- couramment répandu en Azerbaïdjan, en Arménie, en Turquie, est à long manche avec des frettes de boyau amovibles, et possède trois ou quatre cordes, simples ou doubles."
Page 159 du volume 1
" Le Meydan saz, de la famille des saz qui existe en Turquie comme en Yougoslavie: le nombre des cordes varie entre huit et douze; il se joue en soliste ou dans des ensembles."
J'ai fait un tour sur ce site en anglais, il développe, à mon sens, assez bien l'instrument:

První SAZ Plzen as:
Site... (en anglais)
Mais aussi: .Marvin.ECC:
Site... (en anglais); Sazs: Site... (en anglais); Acam.musique: Site... (en français, assez mince!) Et une vingtaine d'autres encore listée sur Google.
A bientôt
15/05/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-062-

28/04/03- Commentaire de (Pseudo) cltalt:
> Bonjour à tous !
Je viens à vous pour vous annoncer une bourse aux instruments, matériel et partitions de musique qui aura lieu dans la Sarthe, à Neuvy en Champagne ( prés de Conlie, pas trés loin du Mans ) le diimanche 14 Septembre 2003, à partir de 9H00. Ce "salon" de l'instrument d'occasion est trés convivial et existe depuis quelques années déjà! Alors avis aux amateurs!!
Bien amicalement à tous.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-061-

14/04/03- Commentaire de (Pseudo) marco:
SAVEZ VOUS OU SE TROUVE LES N° DE SERIE SUR LES SAX ALTOS CONN ?
MERCI PAR AVANCE
SYMPA

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

C'est, ma foi, fort simple.
Lorsque vous avez le sax entre les mains en position de jeu, le N° de série est contre votre nombril (approximativement) et plus précisement au dessus de la jonction de la culasse ou encore à la base du corps le plus long avant la jonction de la cuasse.
16/04/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-060-

15/03/03- Commentaires de (Pseudo) armam:
Bonjour, J'ai acheté un sax alto aux USA de marque Karl Meyer. Pourrait-on me confirmer qu'il s'agit bien d'une fabrication Selmer?
Merci.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Absolument et précisément H&A Selmer USA. Aussi sous d'autres marques comme Bundy, Lincoln, Manhattan, Marcil, Signet et sans doute d'autres encore. Je ne saurais que trop vous conseiller de visiter la page http://www.explicasax.com.br/ftp/artigos/clarinet_makers.pdf (format PDF) du site brésilien explicasax.com (en portugais), qui reprend, de plusieurs professeurs d'unversités Américaines, un travail de listing et de correspondances de fabricants ayant signé leurs instruments sous d'autre noms.
17/03/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-059-

14/03/03- Commentaires de (Pseudo) panc02:
Quelqu'un pourrait me renseigner sur le saxophone électrique "Varitone" de Selmer?.
Merci

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Vous en saurez plus en vous rendant sur le site "saxophone.org" qui traite abondamment et savamment du sujet ( en anglais).
17/03/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-058-

27/02/03- Commentaires de (Pseudo) jacrev:
Bourse de la musique, à CASSEL (59) le 22/06/03 dans le cadre du Festival "Cassel Cornemuses", de 9 heures à 13 heures. 6ème édition, organisé par l'association"TRACES" (recherches en musiques traditionnelles). Venez vendre ,échanger, acheter tout ce qui concerne la musique : instruments, partitions, documents, accessoires, disques, photos, catres postales... . Contact: association Traces 03 20 33 81 35

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-057-

07/02/03- Commentaires de (Pseudo) Abbe-c:
Merci pour votre tribune.
J'ai aimé l'originalité des "sculptures" de Arman.
C'était avant ma découverte tardive des instruments de musique et un début timide de collectionnite, à présent la nausée m'envahie (je n'exagère pas!) à la vue de ce que l'on appelle la déstructuration, le découpage, l'écrasement, l'entassement, etc...qui caractérise "l'oeuvre" de l'artiste destructeur.
Ne pourrait-on pas rendre justice, devant tant de dédain, aux facteurs de ces instruments détruits qui oeuvrèrent des dizaines d'heures et beaucoup plus parfois?

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

La solution serait de ne plus les acheter ou bien encore de les voler, les rendre à leur état d'origine et de les déstructurer à nouveau sur la tête de ceux qui en tire profit.
10/02/03 frances

Haut de la page/To the top...

-056-

05/02/03- Commentaires de (Pseudo) thierr:
cherche historique et côte éventuelle pour un saxo tenor de marque Pierret Modèle 6 n°5798.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

-Louis Pierret fut ouvrier de Besson Paris et Millereau avant de s'installer à son compte à Paris en 1906, il fut repris par la firme anglaise Boosey & Hawkes dans les années 40 en continuant à fabriquer sous son label jusqu'en 1959.
05/02/03 marsi2

-Vous est-il possible de lire une adresse sur le corps de l'instrument (de 1906 à 1921= rue Piat, de 1930 à 1937 rue Folie Méricourt, 1937 à 1959 Boulevard Voltaire) ? une date d'exposition du type Universelle?
Y aurait-il de noter "Nil Mélior" ou encore "Nic Mélior"?
06/02/03 h-prat

-Le marché de l'instrument, au même titre que la bourse, fluctue en fonction de l'offre et de la demande, de la renomée du fabricant, de l'état général (bosses, manque de pièces, année de fabrication, boite d'origine, tampons blancs), de l'année de fabrication, du modèle, de la rareté, de la qualité des alliages, de la finition (nickelé, argenté, finition laiton, or, etc).
07/02/03 martin

-J'ai acheté un sax alto Nil Mélior N°2 l'an passé de l'époque rue Piat dans une vente aux enchères pour 500 frs! dans un état relativement correct.
L'on a pour habitude de dire plus un instrument est ancien plus il est recherché donc plus il est cher...
07/02/03 Abbe-c

Haut de la page/To the top...

-055-

26/12/02- Commentaires de (Pseudo) Gilmor:
Bonjour à tous.
Qui pourrait me dire pourquoi sur les instruments "F. Besson" les initiales portées sur le monogramme sont: F. R. Seraient-elles en fait celles de Florentine Besson née Ridoux?
Un vrai bonheur si un érudit me répond!

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

-054-

26/12/02- Commentaires de (Pseudo) Pajot:
Qui peut m'expliquer la différence entre "piston", "stoelzel", "perinet", "viennois" ? Ce serait "non assistance à conservateur de musée en danger que de ne pas répondre".

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

Réponses:

Concernant vos interrogations (et lcelles de beaucoup d'autres)) sur les différents types de pistons, voici une liste descriptive qui devrait vous combler (en anglais) vu sur le site du National Music Museum à Vermillion (USA):
Stöelzel, Berlinois, Périnet, Rotatifs, à disques
A bientôt.
12/08/03 Gilmor

Haut de la page/To the top...

-053-

26/12/02- Commentaires de (Pseudo) Pajot:
Très heureux de pouvoir participer à ce site. Je souhaite faire passer l'information relative à la création du Petit Musée des Cuivres de THOARD (alpes de haute Provence) dont l'ouverture est programmée courant 2003.

Répondre Cliquez pour contribuer...

Haut de la page/To the top...

 

Réponses:

Bravo!
Je sens que je vais manquer de superlatifs pour décrire tout ce que j'ai vu lors de mon voyage (trop court!) dans votre charmant petit village agrippé à la colline.
Mon objectif était la découverte de votre "Petit Musée des cuivres" dont l'ouverture était tant attendue. Une vraie impression de paix lors de mon arrivée sur la grande place de la mairie. Votre musée qui y est attenant sentait encore la peinture fraîche. Je suis venu malheureusement un jour trop tôt car votre inventaire n'était pas encore défini mais je ne désespère pas d'y retourner très bientôt et de goûter à nouveau à votre chaleureux accueil à l'accent méridionnal (autre élément rapporté à votre village en plus de vos beaux instruments).
Pour infos :
Site Internet du Petit musée des cuivres de Thoard...
L'administrateur

Nouvelles
New

Fabricants
Makers
Types
Instruments
Informations générales
General Information
Groupées
Gathered
Techniques
Technical
Dernière contribution / last contribution en page 1223 (....flute METZLER ..)
Commentaire sur contribution /
Commentary on contribution en page 1 211 (nouvel ophicleide...10, 11 clés ?)
Haut de la page/To the top...

Pages 1 / 2/ 3

rubrique "INDEX"...
rubrique "GALERIES"...
"ACCUEIL"...
rubrique "INFOS"...
rubrique "DIVERS"...

2000-2014